Accueil Politique Rapport sur la gestion sous Nyamugabo: un coup de gueule qui frise...

Rapport sur la gestion sous Nyamugabo: un coup de gueule qui frise la corruption entre membres de la commission spéciale

329

ECOUTER LA RADIO EN DIRECT


La session de septembre 2019 à l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu a été clôturée lundi 30 décembre 2019 sur fonds des tensions entre certains députés notamment les membres de la commission spéciale mise en place pour enquêter sur la gestion financière et administrative de la province sous Claude Nyamugabo.

En effet, lors de la plénière de clôture le 30 décembre 2019, de fortes discussions ont éclaté entre le président de ladite commission le député Fiston Bulambo et son rapporteur le député David Mubalama.

Publicité

Ces discussions ont été engagées du haut de la tribune de la salle des plénières après que le député Nestor Balyana ait soulevé une motion sur les irrégularités dans la présentation du rapport de la commission spéciale, des irrégularités qui ne pouvaient pas permettre à la plénière de se prononcer dessus.

Parmi ces irrégularités, le président de la commission Economico financière et bonne gouvernance a cité l’absence des signatures des personnes responsables de la commission qui a mené l’enquête ainsi que le dépôt tardif du rapport au bureau de l’Assemblée Provinciale et entre les mains de chacun des députés.

Au sujet de l’absence des signatures, Nestor Balyana a expliqué que cette situation pourrait pousser plus tard les responsables de la commission à nier la paternité de ce rapport, ce qui rendrait nuls les efforts fournis dans son examen en plénière.

En rapport avec le retard dans le dépôt de ce rapport, l’élu de Kalehe soutenu par certains autres députés a estimé qu’il s’agit d’un rapport très important pour la province et qui ne devrait pas être traité avec précipitation au risque de ne pas bien le faire.

Fiston Bulambo monte au créneau

Prenant la parole, le Président de cette commission spéciale Bulambo Baliwa Fiston a justifié le manque des signatures par l’indisponibilité du rapporteur de ladite commission le député provincial David Mubalama.

Du haut de la tribune, il a expliqué avoir appelé plusieurs fois son collègue avec qui d’ailleurs ils sont voisins, pour signer le document mais ce dernier lui a réservé une fin de non-recevoir.

C’est sur base de cette indisponibilité que Fiston Bulambo a insinué la reconduction des pratiques de l’ancienne législature et, visiblement l’intention était de parler de la corruption dans le chef de son collègue pour n’avoir pas accepté de signer le rapport.

C’est à cette occasion que Bulambo a rejeté les accusations selon lesquelles il aurait reçu des pots de vin pour altérer le contenu de ce rapport et a insisté qu’il soit examiné en urgence à la plénière de lundi dernier pour éviter tout soupçon.

David Mubalama contre-attaque

Après avoir insisté, le député David Mubalama, rapporteur de ladite commission, est monté à la tribune pour fustiger les propos de Fiston Bulambo.

De son côté, cet élu de Walungu sous label de l’opposition a justifié l’absence de sa signature le fait que son collègue Président de la Commission lui a plutôt apporté seulement la dernière page pour signature et non tout le rapport.

David Mubalama précise qu’il ne pouvait pas signer sans se rassurer que le contenu du rapport tel qu’élaboré en original est resté le même. C’est alors qu’il a exigé la mise en place d’une commission ad hoc pour vérifier si le rapport présenté est réel.

Comme son collègue Fiston Bulambo, David Mubalama a également insinué des velléités de corruption ce qui d’ailleurs justifie, selon lui, le fait que ce rapport ait été présenté avec un grand retard pourtant la commission était mise en place depuis le début de l’année 2019.

Un coup de gueule qui semble cacher toute une forêt

En somme, la plénière de lundi 30 décembre 2019 a été une occasion pour se dire certaines vérités en face sur le rapport qui fait polémique depuis plus de quatre mois au Sud-Kivu.

Cette discussion entre élus et membres d’une même commission laisse croire que le retard pris dans la remise dudit rapport serait liée à des influences qui risquent de se manifester dans les prochains jours.

Pendant ce temps, plusieurs acteurs politiques et de la société civile exigent qu’une session extraordinaire soit convoquée en urgence pour vider le rapport dit Bulambo et celui dit Homer Bulakali.

Pour rappel, la commission Bulambo a travaillé sur la gestion financière et administrative du gouvernement provincial depuis Claude Nyamygabo jusqu’à son intérimaire Bizimungu Doli alors que la commission Homer Bulakali a examiné la situation dans les différentes divisions provinciales au Sud-Kivu.

Etienne Mulindwa.